Nombreux sont les articles qui vantent les mérites de l’UX (User Experience)/UI (User Interface). Si cette discipline apparaît en France au début des années 2000, c’est à partir de 2010 qu’elle devient un élément central du développement des entreprises. Même si son non-effet de mode est prouvé, elle reste assez floue pour le plus grand nombre.

Plus spécifiquement, les responsables informatiques sont amenés à se poser la question de l’ergonomie de leurs applications. Si la plupart des fois, la réponse est immédiate : « Mes utilisateurs n’arrivent pas à trouver ce qu’ils cherchent », « le traffic sur mon site chute de manière exponentielle »… J’entends souvent « Mon application n’est pas jolie » « …moderne », etc. Derrière ces concepts un peu abstraits se cache bien une matière. Le plus difficile reste à objectiver ces critères. Qu’est-ce qui rendrait mon application ergonomique ?

Les critères ergonomiques de Bastien & Scapin

Les critères énoncés ci-dessus sont ceux de Bastien & Scapin. Ils ont énoncé un ensemble d’heuristiques, et ce depuis 1993… des caractéristiques de l’interface qui vont déterminer son utilisabilité (ou ergonomie). Si bien d’autres sont apparus par la suite, je trouve ceux de Bastien & Scapin les plus parlants ! Si vous suivez les principes qui suivent, votre application aura forcément un gros avantage concurrentiel !

1. Guider l'utilisateur dans son navigation

J'affiche des indices qui facilitent ses interactions, qui rendent l'interface lisible, regroupant les informations logiquement, et informant immédiatement l'utilisateur de l'effet de ses actions.

2. Diminuer la charge de travail de l'utilisateur

Rendre les manipulations simples, concevoir des processus courts, afficher des données succintes.

3. Donner le contrôle à l'utilisateur 

Mon application exécute uniquement les actions demandées par l'utilisateur, il reste libre d'agir. Il ne reste pas d'ambiguïté sur le résultat de ses actions.

4. Adapter l'interface

L'utilisateur peut personnaliser son interface, il a plusieurs façons de réaliser une tâche. Mon application guide les novices et offre des options avancées pour les connaisseurs.

5. Prévenir et détecter les erreurs

L'interface demande confirmation pour les traitements impactants, les messages sont rédigés de façon claire, ils sont didactiques. L'utilisateur a la possibilité d'annuler ses actions.

6. Rendre l'interface homogène

L'interface conserve une logique constante, cohérente, le design respecte la charte de l'entreprise, et est unique.

7. Afficher des codes connus

Réutiliser des codes connus, éviter les termes experts. Se méfier des pictogrammes, qui peuvent avoir des significations différentes en fonction de la personne.

8. Adapter l'interface au contexte d'utilisation

Adapter l'interface en fonction de la tâche réalisée, du profil de l'utilisateur ou de l'étape dans le processus métier.